La réduction voire la suppression des emails est un sujet récurrent depuis une dizaine d’années. Vous vous souvenez sans doute de Thierry Breton (PDG d’ATOS) rachetant Bluekiwi, éditeur français due réseau social d’entreprise (RSE), et déclarant : nous allons supprimer les emails chez ATOS.

Environ 3 ans plus tard, le bilan chez ATOS était moins médiatisé mais très intéressant : « nous avons supprimé les emails pour un grand nombre de processus ». L’histoire démontre que si l’email a sa place dans des échanges spontanés, informels, sans doute plus avec les interlocuteurs externes à l’entreprise, à l’inverse lors de fonctionnements processés, plutôt avec des interlocuteurs identifiés et réguliers, d’autres approches que l’email sont possibles et souhaitables ! Alors lesquelles ?

Après la vague des RSE, les suites collaboratives de Google, Microsoft, IBM ont tenté de capter ce marché ; la majorité des logiciels en mode SaaS (Software as a Service) sont devenus « sociaux ». Ils proposent tous un fil d’activité qui agrège des conversations mais à ce jour, aucun n’a vraiment réussi à lutter contre le client de messagerie et en particulier Outlook, largement majoritaire en entreprise.

Cette situation est paradoxale car elle donnerait presque raison à ceux qui sont restés sur la gestion de leur SI personnel depuis leur logiciel de messagerie (je garde tout y compris les pièces jointes et je crée des dossiers et des sous-dossiers).

Tous ceux qui ont réellement expérimenté des outils collaboratifs performants savent les bénéfices qu’ils apportent à la collaboration, la productivité et au management d’une équipe. La limite de l’exercice réside dans le nombre d’outils différents que l’on doit utiliser. En secret certains (dont je suis) rêvent d’un logiciel : un agrégateur, un logiciel magique qui regrouperait tous les échanges collaboratifs. Au pire on aurait deux outils : un pour les emails et un pour le collaboratif.

Teams, une véritable « arme de guerre » collaborative

Microsoft, après avoir rattrapé Google sur les terrains des outils de collaboration on-line, et nous avoir fait utiliser Sharepoint, OneDrive, Yammer, les groupes Office 365… sans nous faire rêver, arrive à pas feutrés avec une « arme de guerre » collaborative qui n’aurait pu être qu’un pâle concurrent de Slack. Il s’agit de Microsoft Teams et c’est en réalité bien plus que cela !

Développé en mode « garage » par des collaborateurs de Microsoft il y a un peu plus d’un an, ce nouveau service va remplacer ou masquer presque tous les autres (Sharepoint, OneDrive, Yammer, Groupes 365, Delve…). Teams va s’imposer sur des processus majeurs de l’entreprise : la gestion de projets, la communication dans un service, la gestion d’un écosystème de partenaires…

Convaincu ? Pas convaincu ? Au delà des préférences de produits et d’éditeurs, je démontrerai le 22 juin prochain comment avec Kairos Transformation (plate-forme agnostique de gestion du changement) aborder ce type de transformation : quels processus retenir ? Comment engager vos collaborateurs sur de nouvelles pratiques en seulement 30 jours.

 

Pour en savoir plus sur nos solutions, inscrivez-vous ici à notre prochain webinar

Share This